téléchargement (2)

PME, start-up : paraître plus gros et plus pro

Vous venez de lancer votre business à temps partiel en conservant (pour le moment) votre activité salariée ?  Vos clients ne doivent pas le savoir… Pour assurer et avoir l’air d’une entreprise installée, quelques pistes.

Anecdote : un entrepreneur illusionniste

Evan Carmichael est le fondateur du site canadien evancarmichael.com qui fournit des conseils aux entrepreneurs  et patrons de PME / TPE. Quatre ans après le lancement de son site, alors que son entreprise n’était encore qu’une start-up, une télévision locale lui a proposé de l’interviewer dans ses locaux. Il a bien évidemment accepté, non sans avoir au préalable convié cinq de ses amis à venir à son entreprise. Pendant l’interview, on les voit s’agiter fébrilement derrière lui comme s’ils étaient employés de la société. Les visites sur son site suite à cette interview ont bondit de 100%.

Sans aller forcément jusque là, il peut effectivement être utile de « gonfler » un peu son image, pour décrocher de gros contrats ou faire parler de soi dans la presse. Deux moyens privilégiés de paraître plus gros :

Investir sur son site internet

Internet est le canal de communication essentiel pour les entreprises. Investir dans un site internet au design moderne et « responsive » est l’une des clés pour paraître plus gros.  Un site bien conçu, ergonomique, et présentant de manière structurée vos produits ou services peut faire toute la différence. Une astuce pour avoir l’air d’une entreprise installée peut consister à créer des sites internet secondaires dédiés à chacune de vos activités. Vu de l’extérieur, vous apparaîtrez comme un groupe aux multiples filiales.

Le téléphone : un bon outil pour paraître plus gros

Si votre site internet fait très professionnel mais que vous affichez un numéro de portable, votre crédibilité est entamée. Avoir un numéro de fixe bien mis en valeur et une secrétaire qui répond sur de larges plages horaires contribue à paraître plus gros. C’est ce que nous proposons chez Wecall. Et nous pouvons convenir ensemble du script adéquat : « La directrice commerciale ? Oui patientez un instant, je crois qu’elle est en réunion… Ah c’est bon, elle est disponible, je vous la passe. » alors que vous assumez ce rôle ainsi que celui de CEO, DRH, Directeur financier, Directeur de la production, et n’avez de réunions… qu’avec vous-même. Nous pouvons également vous aider à obtenir un « beau » numéro, par exemple terminant par un double zéro, ce qui implique nécessairement dans l’esprit de vos prospects que vous possédez plusieurs lignes téléphoniques supplémentaires.

En conclusion, il faut bien évidement savoir valoriser la petite taille de son entreprise (flexibilité, réactivité…). Si la qualité est bien au rendez-vous, un client de taille petite ou moyenne sera rassuré d’avoir face à lui une entreprise de taille similaire. Cependant, lorsque vous cherchez à paraître plus gros et plus professionnel, les petites astuces ci-dessus peuvent vous aider à ajouter à vos multiples casquettes de chef d’entreprise celle non moins utile d’illusionniste. 

 
service-client e-commerce

Service-client e-commerce : réussir son externalisation

Externaliser ou ne pas externaliser son service-client e-commerce ?  Telle est la question que se posent nombre de dirigeants de sites e-commerce qui voient le nombre de contacts entrants (par e-mail ou par téléphone) croître en parallèle de leur activité.

Etape 1 : Cerner les besoins de ses clients et les moyens nécessaires pour y répondre

Si vos concurrents sont joignables en soirée et le w-end, vos clients auront probablement les mêmes attentes vous concernant, au risque de passer à la concurrence.  Un signe tangible du fait que vos horaires de joignabilité ne répondent plus à la demande de vos clients est l’importance de vos pics d’appels. Le lundi est un enfer ? Le pic de 14h ingérable ? Il est temps d’être joignable le samedi et au déjeuner…  Enfin, être joignable sur de larges plages horaires peut vous permettre d’assoir votre crédibilité et de paraître plus fiable aux yeux de vos clients et de vos prospects.

Etape 2 : Prendre une décision sur l’externalisation du service-client e-commerce

Une fois les besoins du client identifiés, il reste à prendre la décision d’externaliser ou de traiter en interne. Les craintes sont nombreuses et légitimes, ce n’est pas rien d’envisager de confier sa relation client à un prestataire externe : « c’est beaucoup trop stratégique » ; « je vais perdre le contact avec mes clients, ne plus les connaître » ; « en termes de qualité, c’est forcément moins bon »…

Pourtant, l’externalisation peut-être un vrai levier pour augmenter la satisfaction de vos clients, renforcer la relation que vous avez avec eux et in fine accroître votre chiffre d’affaires. Si les attentes de vos clients ne peuvent pas être entièrement satisfaites en interne, les centres de relation client externalisés peuvent vous soutenir.

Etape 3 : Identifier les éléments stratégiques / core business à garde impérativement en interne

En réalité tous les échanges avec vos clients ne sont pas stratégiques. Un appel en après-vente d’un client insatisfait pour un retard de livraison est sensible : il engage votre crédibilité. Si le coût d’acquisition de vos clients est élevé et que vous fondez votre business sur la fidélisation, c’est d’autant plus stratégique.  En revanche, les appels pour une simple demande d’information, de disponibilité produit ou d’accès à votre magasin sont  à faible valeur ajoutée. Selon votre activité, le conseil avant-vente peut également très bien, après une formation sérieuse et adéquate, être délégué en externe, même sur des produits relativement techniques ou complexes.

Etape 4 : Clarifier les procédures de traitement de votre service-client e-commerce

Il convient ensuite de structurer vos procédures si cela n’a pas encore été fait. C’est une excellente occasion de mettre au carré l’organisation de votre service-client e-commerce, distinguer les types de demandes et la façon optimale de traiter chacune. Vous pourrez ainsi donner des consignes claires au call-center retenu, et mieux identifier les demandes transférables immédiatement (qui ne nécessitent pas d’accès au backoffice par exemple) des demandes à confier dans un second temps.

Etape 5 : Trouver le bon partenaire

Mettez plusieurs centres d’appels en concurrence, et n’oubliez pas ceux de taille moyenne : vous obtiendrez un meilleur service. Préférez-vous être un client VIP chez un call-center à taille humaine, ou un lilliputien chez une référence du secteur ? A vous de choisir…

Chez Wecall, nous vous offrons un excellent rapport qualité / prix et un traitement VIP. Et en prime, nous vous proposons de vous accompagner dès l’étape 4 pour vous faire bénéficier de notre expérience et faciliter la réorganisation de votre service-client. Alors, n’hésitez plus, contactez-nous !

grève des médecins

Grève des médecins : le projet de loi santé sous pression

Les médecins ne décolèrent pas quinze jours après les premiers mouvements de grève. Plusieurs syndicats ont une nouvelle fois appelé à la grève les 5 et 6 janvier et durcissent le ton.

La généralisation du tiers-payant au cœur du mécontentement

Le projet de loi prévoit la généralisation de ce dispositif à l’ensemble de la population. Aujourd’hui, seules certaines catégories de population défavorisées sont dispensées d’avancer les frais d’une consultation chez le médecin. Les médecins craignent que la généralisation du tiers-payant ne déresponsabilise les patients  et ne les conduise au  « consumérisme médical ». Ils redoutent aussi les délais de paiement de l’assurance maladie et les complications administratives à la clé.

Au-delà du tiers-payant, les médecins libéraux contestent la réorganisation du système de santé et son « étatisation » avec le renforcement du pouvoir des ARS. Certains crient à la fin de la médecine libérale et craignent, à terme, la remise en cause de leur liberté d’installation.

Grève administrative : retour aux feuilles de soins papier

Afin de maintenir la pression sur le projet de loi du gouvernement,  certains syndicats organisent une grève des médecins administrative. Objectif : noyer l’assurance maladie sous la paperasse en procédant à la grève des cartes vitales. Finie la télétransmission pour les médecins qui participent au mouvement, et retour aux feuilles de soins papier.

58% des français soutiennent la grève des médecins

De leur côté, les patients font preuve de… patience. En pleine épidémie de grippe et de gastro-entérite, on aurait pu s’attendre à moins de compréhension de leur part. Ils soutiennent en effet majoritairement  – à 58% – leurs médecins d’après un sondage Ifop publié dans le JDD. Seuls 13% des français trouvent la grève des médecins « pas du tout justifiée ».

A noter cependant :  malgré la grève des médecins,  les médecins libéraux ont plus consulté pendant la dernière semaine de décembre en 2014 qu’en 2013 : 4,4 millions de consultations contre 4,3 millions l’année précédente.