Articles

salon de l'immobilier

Ouverture du Salon de l’Immobilier dans un contexte morose

Entre le 3 et le 6 avril 2014, les professionnels de l’immobilier se réuniront à la Porte de Versailles, à Paris, afin de rencontrer le grand public, d’échanger et de dresser un état des lieux du secteur immobilier en ce début d’année 2014. On attend près de 30 000 visiteurs et 250 exposants dans un salon de l’immobilier sur lequel les professionnels misent de grands espoirs après une période très calme dans le secteur.

Salon de l’immobilier et morosité

Ce salon démarre alors que depuis plus d’un an, le marché connaît un net repli dans les transactions et les prix.

Ainsi, en Ile-de-France, le nombre de ventes a baissé entre 2010 et 2013 passant de 196 500 à 156 000 transactions par an. Cette baisse de volume s’accompagne d’une baisse des prix de vente notamment à Paris où, en un an, elle a été de 1,9% pour la Petite Couronne et de 2,6% pour la Grande Couronne. Notons toutefois que l’ancien est parvenu à stabiliser son volume de transactions sur l’année 2013 et que certaines catégories dans l’ancien voient ces mêmes volumes augmenter.

Cette tendance est également perceptible en Province où le prix des appartements a baissé de 1% et celui des pavillons de 1,4% en moyenne entre 2012 et 2013.

Pourtant, malgré cette tendance baissière visible, les acheteurs restent hésitants. 47% d’entre eux ne trouvent  pas le bien immobilier qui leur convient après la première année de recherche et ce chiffre atteint 53% pour les personnes de plus de 41 ans. Les acheteurs sont encore assez frileux et mettent plus de temps à trouver leur résidence principale. Les recherches durent en moyenne 7 mois, mais cette moyenne passe à plus de 8 mois dans les grandes agglomérations.

Une flambée des prix depuis 30 ans

Toutefois, cette diminution récente des prix ne fait que modérer la flambée de l’immobilier qui a cours depuis 30 ans en France.

En effet, entre 1984 et 2014, le prix du mètre carré est passé de 2180 euros à 8140 euros à Paris, selon une étude de la Chambre des Notaires. La Province n’est pas en reste puisque le prix du mètre carré y a doublé entre 1996 et 2014.

Les utilisateurs sont devenus plus exigeants, plus hésitants et refusent d’acheter n’importe quoi à n’importe quel prix. Nous sommes entrés dans une phase de correction. Les prix vont continuer de baisser en 2014 si on en croit les anticipations faites dernièrement par de nombreux notaires. Il est cependant trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur l’activité immobilière pour l’année en cours.