Agenda médical Wecall

Un agenda médical bien géré, une aubaine pour les médecins

La solution Wecall ne comprend pas seulement un accueil téléphonique de qualité. Pour aider au mieux les médecins, Wecall propose également les meilleurs outils du marché, notamment en matière d’agenda médical.

Dernièrement, un client dermatologue du Val d’Oise a pu bénéficier de notre agenda en ligne en souscrivant à l’offre de télésecrétariat médical de Wecall.

Personnalisable, tant au niveau des horaires d’ouverture que des rendez-vous types, notre agenda médical permet à notre client de distinguer les prestations fournies selon leurs spécificités et leurs durées. Ainsi, des plages horaires ont été spécialement aménagées pour les interventions au laser. D’autres plages ont été dédiées aux consultations classiques et aux interventions chirurgicales.  Cette distinction claire, accompagnée de codes couleurs, permet à notre client de mieux  gérer ses temps de consultation et à notre équipe de respecter rigoureusement les consignes fixées.

L’agenda médical Wecall, le choix de la tranquillité

Pour que l’agenda réponde au mieux aux besoins de nos clients, notre équipe s’occupe de son paramétrage complet. Ainsi, pour ce dermatologue, nous avons pu créer un agenda médical optimisé, comprenant les jours travaillés et les jours de repos, les heures d’ouverture, les différents types de rendez-vous et leur durée. Nous suivons scrupuleusement les consignes de notre client et nous rendons l’agenda le plus ergonomique possible. Par souci de souplesse et d’adaptations aux besoins du client, nous pouvons modifier le paramétrage de l’agenda dans la minute, sur une simple demande du client.

Nous savons que la gestion des rendez-vous et la prise en charge des patients représentent deux problématiques majeures pour les cabinets médicaux. C’est pour cela que Wecall met à votre disposition les outils les plus performants et les plus simples d’utilisation en matière d’agenda partagé.

Création d'entreprise aide Wecall

Vers qui se tourner pour créer son entreprise ?

Lancer son business n’est pas chose facile. Bien souvent, les entrepreneurs se sentent seuls et démunis face à l’ampleur de la tâche.

Quelle stratégie adopter face aux fournisseurs ? Comment gérer les questions administratives de la manière la plus efficace ? Quelle communication privilégier ?

Ces questions engendrent parfois des bricolages qui créent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent. La solitude de l’entrepreneur est grande mais des solutions existent, efficaces sans être onéreuses.

Pas de local ? Pensez à la domiciliation

Le premier problème rencontré par les entrepreneurs est celui de la domiciliation de leur siège social. Pour y répondre, des entreprises telles que Dom@Paris proposent des solutions adaptées aux créateurs d’entreprise. Des locaux, une adresse postale, une assistance pour les travaux administratifs ou encore des salles de réunion attribuées à la demi-journée : l’entreprise fournit une gamme complète de solutions pour répondre au mieux aux attentes des entrepreneurs.

Les Junior Entreprises : des soutiens aux meilleurs prix pour les entrepreneurs

Au-delà du choix du siège social, les problèmes des entrepreneurs commencent avec l’élaboration du business plan et la prospection sur le marché. Pour résoudre ces problèmes, de nombreuses Junior Entreprises affiliées à de prestigieuses écoles de commerce sont là afin d’apporter une aide utile. Ces associations animées par des étudiants sont bien souvent moins coûteuses que les cabinets de conseil. Une solution idéale pour les entrepreneurs en mal de financement.

L’accueil téléphonique, un élément à ne pas négliger

L’accueil téléphonique d’une entreprise en construction est un élément critique qui peut accélérer sa croissance ou, au contraire, favoriser sa chute. Si le secrétariat téléphonique n’est pas correctement assuré, de nombreux prospects peuvent disparaître et les clients mécontents peuvent détruire votre image de marque.

Des sociétés ont bien compris que la performance de l’accueil téléphonique n’était pas seulement le problème des grands groupes mais qu’elle concernait aussi les entrepreneurs et les TPE-PME. Une entreprise comme Wecall propose par exemple un accueil téléphonique de qualité facturé à l’appel afin que les entrepreneurs bénéficient des tarifs les plus avantageux.

Des conseils et de la visibilité

De nombreux sites se proposent de devenir les tuteurs des entrepreneurs en leur fournissant des conseils sur des sujets aussi variés que l’organisation, la gestion des équipes, la stratégie ou l’auto-motivation.

Des entrepreneurs ont eu l’idée de partager leur expérience passée et de faire en sorte que les nouveaux venus ne rencontrent pas les problèmes qui ont été les leurs dans le passé. Parmi ces sites, citons l’exemple de Gautier Girard, du nom de cet entrepreneur qui offre de nombreux conseils pratiques aux entrepreneurs et aux dirigeants de PME sur son blog. Son site est couplé à un forum sur lequel les entrepreneurs peuvent partager leurs difficultés et leurs expériences afin de trouver des solutions effectives à des problèmes fréquents. En outre, avec son système de référencement par secteur, Gautier Girard offre une meilleure visibilité aux PME souhaitant développer leur image sur le Web.

Les concours, pour des financements supplémentaires

Vous venez de vous lancer dans un business. Votre idée est innovante mais vous êtes en recherche de financement. Pourquoi ne pas vous présenter aux différents concours d’entrepreneurs qui ont lieu chaque année ? Ces concours récompensent les idées les plus audacieuses et innovantes en fournissant des financements importants aux start-ups.

 

tiers payant et médecins

Accueil froid du tiers payant par les cabinets médicaux

La nouvelle réforme de santé voulue par Marisol Touraine est actuellement l’objet de toutes les attentions chez les professionnels du monde médical. Ce projet comprend plusieurs éléments novateurs comme la création d’un accueil téléphonique unique pour la prise de rendez-vous avec un médecin de garde ou la possibilité pour les patients d’attaquer des médecins en justice de manière groupée. Mais la mesure de ce plan qui fait actuellement le plus de bruit concerne la généralisation du tiers payant d’ici 2017.

Le système du tiers-payant est actuellement utilisé par les pharmaciens et par les médecins pour les patients bénéficiant de la CMU. Ce système permet de ne pas avoir à avancer d’argent pour les frais de santé. Ceux-ci sont directement pris en charge par l’Assurance Maladie ou par les complémentaires de santé.

La généralisation du tiers-payant à l’horizon 2017 est à l’étude afin de donner la possibilité aux patients de consulter sans être dissuadés par le prix élevé des frais à avancer. Cela doit permettre un meilleur accès aux soins et la diminution des maladies graves liées à un manque de suivi et de prévention.

Craintes du corps médical face à la généralisation du tiers payant

Chez les médecins, de nombreuses voix s’élèvent pour pointer les risques de dysfonctionnements et les lourdeurs liés à ce nouveau système. Cette généralisation du tiers-payant est la porte ouverte à tous les abus selon les porte-paroles du corps médical. En outre, la mesure ne fera que surcharger des cabinets médicaux déjà très sollicités en offrant la possibilité aux patients de consulter même pour des raisons futiles. Les professionnels de la médecine sont d’accord pour faciliter l’accès aux soins mais se refusent à banaliser l’acte médical en instaurant une gratuité totale.

L’autre problème pointé du doigt par les médecins concerne la surcharge administrative liée à la généralisation du tiers-payant. Comme nous l’avions écrit auparavant, les médecins, notamment dans les déserts médicaux, sont débordés par les formalités administratives. Cette réforme ne fera qu’ajouter à leur malaise et pourra avoir un effet désincitatif fort sur les futurs médecins.

Si cette réforme passe, les médecins pourraient avoir de plus en plus besoin de soutien, par exemple sous forme de télésecrétariat médical, afin d’honorer au mieux leurs prestations.

avant-vente

Appels avant-vente e-commerce : rassurer, conseiller et fidéliser

Parmi les services proposés par les centres d’appels, celui pour lequel l’aspect qualitatif se révèle fondamental est probablement le service de gestion des appels entrants d’avant-vente. L’amabilité des téléconseillers, leur professionnalisme et leur niveau de connaissance des produits sont les facteurs clés de succès.

Exemple avec un client de Wecall, leader de la vente en ligne de télécommandes

Il y a trois mois, Wecall a mis en place une prestation de ce type pour un site e-commerce leader dans son domaine : 1001 Télécommandes.

1001 Télécommandes est un site de vente en ligne de télécommandes pour portails et garages. Celui-ci possède plus de 3 000 références de télécommandes et compte plus de 80 000 clients à travers l’Europe. Reconnu pour son professionnalisme et la qualité de son service, le site a souhaité confier son service-avant-vente, dédié au conseil et à l’aide au choix de la bonne télécommande, à un centre d’appels à taille humaine.

Formation et simulations d’appels

Afin de garantir une mise en place sans faille, nous avons déployé un plan d’actions en plusieurs étapes :

  • Recueil des procédures et des consignes auprès de notre client
  • Formation de nos agents, avec un focus sur les éléments techniques (fonctionnement des télécommandes, descriptif des récepteurs…)
  • Test et simulations d’appels
  • Lancement d’une phase pilote d’une semaine
  • Validation de la qualité de traitement des appels et des process mis en place
  • Lancement de la production en mode pérenne

Le respect de ces différentes phases a permis à Wecall d’être opérationnel très rapidement et d’atteindre les objectifs fixés dès les premières semaines.

Un suivi permanent dès le lancement de l’avant-vente

Le projet a rapidement été lancé. Les aspects techniques (tels que les modes de compatibilité des télécommandes) et les processus propres à 1001 Télécommandes (modes de paiement, livraison, échange, etc.), ont vite été maîtrisés. Après le lancement, un suivi permanent du projet a été mis en place afin d’assurer une amélioration continue de la prestation. Ce suivi consiste notamment à évaluer au moins 10 appels par mois par agent, ceci grâce à l’enregistrement automatique de tous les appels, et à réaliser des briefs quotidiens, aussi bien sur la qualité de traitement que sur les actualités du site 1001 Télécommandes. La qualité du service délivré par Wecall a permis à 1001 télécommandes de gagner en sérénité, d’améliorer son taux de prise d’appels et de travailler davantage sur son cœur de métier, tout en renforçant le niveau de satisfaction de ses clients, déjà très élevé.

Taux de prise proche de 100% et satisfaction clients élevée

Le taux de prise d’appels oscille entre 97% et 100% sur les 3 derniers mois, avec un temps d’attente inférieur à 4 secondes. Ce taux est supérieur de 20% à celui qu’enregistrait 1001 télécommandes en interne. Wecall a permis à 1001 Télécommandes de mieux gérer ses pics d’appels et de ne plus avoir de problèmes liés à l’engorgement des lignes téléphoniques.

Le nombre de commandes est également positif. L’atteinte d’un nombre élevé de commandes n’était pourtant pas l’objectif premier du client. En effet, nous ne nous sommes pas focalisés sur cet objectif. Notre but premier était d’offrir le meilleur conseil aux prospects, pour qu’ils choisissent la télécommande qui leur convient et qu’ils aient une confiance maximale dans le site.

Equation économique rentable

D’un point de vue économique, l’externalisation du service avant-vente à Wecall a permis à 1001 Télécommandes de réduire les coûts liés à la prise en charge des appels. En effet, la facturation proposée par Wecall pour  le service avant-vente est basée sur le temps de traitement (à la seconde près), grâce une production mutualisée :  le client est facturé en fonction de sa consommation effective. Nous sommes par ailleurs, au bout de 3 mois de prestation, déjà très proches de la durée moyenne de traitement cible.

Pour les faibles volumes d’appels que reçoivent en général les sites e-commerce en croissance (près de 7 appels par jour en moyenne pour 1001 Télécommandes), c’est un modèle optimal. La satisfaction de notre client est telle qu’il envisage de nous confier, dans les jours à venir, le service-avant-vente d’un autre site, de taille plus importante, faisant partie du même groupe.

Si vous souhaitez également booster votre service avant-vente, même si vous recevez peu d’appels, n’hésitez pas à utiliser la même solution que 1001 Télécommandes et contactez Wecall.

Déserts médicaux

Déserts médicaux : le combat continue !

Le problème des déserts médicaux est devenu une cause prioritaire pour le Ministère de la Santé. Deux millions de Français vivent dans ces zones où le nombre de patients par médecin atteint des sommets et où l’accès aux soins d’urgence prend beaucoup plus de temps qu’ailleurs dans l’Hexagone.

Depuis sa prise de fonction, l’actuelle Ministre en charge de la Santé, Marisol Touraine, s’est attelée à résoudre ce problème grâce au Pacte Territoire Santé.

Partant de plusieurs constats alarmants, ce Pacte a pour but d’encourager l’installation des nouveaux médecins dans les zones les moins bien dotées en praticiens. Ce pacte a aussi pour objectif d’inciter les futurs diplômés à se tourner vers la médecine générale, actuellement délaissée mais nécessaire à l’accès aux soins dans les zones rurales.

La situation est inquiétante, même si, à court terme, des mesures ont été prises pour répondre aux besoins de la population. Dans le Loiret, par exemple, plusieurs médecins retraités ont été appelés pour prodiguer des soins en pédiatrie et en gériatrie. Ces praticiens viennent appuyer des professionnels de santé débordés dans un département qui compte en moyenne un médecin pour 1500 patients. Notons par ailleurs que dans certains départements tels que la Corrèze, la Manche, l’Eure ou la Haute-Marne, on dépasse les 2 000 patients pour un médecin. De plus en plus de départements pourraient faire appel à des médecins retraités si rien n’est fait pour attirer de nouveaux généralistes.

Des mesures encourageantes contre les déserts médicaux

Organisé autour de trois axes majeurs et de 12 engagements, le pacte présenté en décembre 2012 doit résoudre le problème des déserts médicaux à l’horizon 2017.

Ce programme a, entre autres choses, pour but d’inciter les actuels étudiants en médecine ainsi que les nouveaux diplômés à se tourner davantage vers la médecine générale, habituellement délaissée au profit d’une spécialisation jugée plus rémunératrice. Il doit aussi amener les jeunes médecins à choisir des zones peu pourvues en professionnels de santé.

D’ici 2017, tous les étudiants devront avoir fait un stage en médecine générale au cours de leur cursus. L’année dernière, 60% des étudiants en médecine ont effectué ce stage chez un généraliste contre 49% en 2012.

En plus de ces stages, le gouvernement a lancé une série de mesures incitatives afin de donner envie aux nouveaux diplômés de s’installer à leur compte dans les zones les plus isolées. Une bourse est attribuée aux étudiants en médecine s’engageant dans ces zones. Un complément de revenu est aussi prévu pour que la rémunération des médecins atteigne 3640 euros bruts par mois. Ces incitations sont fournies dans le cadre des Contrats d’Engagement de Service Public.

D’autres mesures sont également mises en place dans le cadre de ce Pacte afin de répartir les praticiens de manière plus harmonieuse sur le territoire français. Ainsi, les centres pluridisciplinaires sont amenés à se développer dans les années à venir tout comme la télémédecine et l’accès aux soins d’urgence. Sur ce dernier point, rappelons que la ministre de la Santé s’est engagée à faire en sorte que plus aucune zone ne soit à plus de trente minutes d’un centre de soins d’urgence en améliorant l’équipement et la rémunération des médecins correspondants du SAMU.

Pour le moment, les résultats annoncés par le gouvernement sont encourageants, puisqu’on note une nette augmentation du nombre de jeunes médecins s’installant dans les zones rurales et une réduction du nombre de zones éloignées des centres d’accès aux soins.

Une situation qui demeure préoccupante

Pour autant, le combat contre la désertification n’est pas encore gagné, loin de là. Certains chiffres demeurent extrêmement inquiétants. En effet d’après le Conseil National de l’Ordre des Médecins, le constat est plus grave que prévu dans les régions sinistrées. Ainsi, quand deux médecins s’installent dans une de ces régions, 25 d’entre eux partent à la retraite. Un rythme trop soutenu qui pourrait réduire de moitié le nombre de cabinets ouverts dans ces régions à l’horizon 2025 en dépit des efforts fournis par le gouvernement.

L’exercice libéral dans des zones désertées où le nombre de patients par médecin atteint des sommets peut sembler périlleux et peu attractif pour les jeunes diplômés, notamment en raison de la charge de travail et du nombre élevé de documents administratifs. Plus que l’incitation financière ou les aides fournies lors des études, un accompagnement des médecins dans la gestion de leur cabinet pourrait être un moyen efficace de repeupler les déserts médicaux.

Publicité avocats et Internet

Avocats, publicité et internet : le début du changement

La loi 2014-344 sur la consommation promulguée le 17 mars dernier pourrait grandement transformer la profession d’avocat. Cette loi autorise désormais  les professions réglementées telles que les experts-comptables, les notaires ou les avocats à faire de la publicité afin de toucher une clientèle plus large.

Nouvelles pratiques chez les avocats

En attendant le décret d’application de cette loi, on peut faire quelques suppositions sur ce que ce qu’elle pourrait changer dans le milieu judiciaire. Quelques éléments nous permettent déjà de supposer que les professionnels du droit en France ne vont pas suivre le même chemin que leurs homologues américains en faisant leur publicité sur tous les médias possibles et en allant jusqu’à démarcher les potentiels clients par téléphone ou au porte-à-porte.

Ces pratiques n’auront certainement pas cours en France puisque le Conseil National des Barreaux réfléchit déjà à la création de garde-fous concernant la publicité dans la profession.

Ainsi, le démarchage personnalisé et le phoning devront être formellement interdits notamment dans les affaires les plus sensibles, afin de respecter les victimes et leurs familles. En outre, les publicités ne devraient pas contenir de message à caractère laudatif ou comparatif afin de ne pas faire de tort aux autres membres de la profession.

Malgré toutes ces précautions, un nouveau champ semble s’ouvrir pour les cabinets d’avocats les plus modestes qui n’avaient auparavant pas accès aux modes d’actions informels et extrêmement coûteux utilisés par les plus grands pour acquérir et garder leur clientèle.

Les avocats pourront avoir accès à tous les médias destinés au grand public, ce qui pourrait les aider à affronter la concurrence nouvelle de certains sites ayant vocation à remplacer les professionnels du droit pour les contentieux juridiques mineurs.

Internet : menace pour la profession ?

Jeudi 13 mars 2014, une décision du Tribunal de Grande Instance de Paris a fait beaucoup de bruit dans le monde judiciaire. Les sites SaisirPrudhommes.com et DemanderJustice.com ont obtenu gain de cause dans l’affaire les opposant à l’Ordre des Avocats de Paris et au Conseil National des Barreaux. Ces derniers accusaient les deux sites, gérés par la même personne, d’exercer illégalement le droit, un délit passible de 4 500 euros d’amende, voire de 9 000 euros et de six mois de prison en cas de récidive. Les deux sites ont subi l’ire de la profession pour avoir fourni une assistance en ligne aux particuliers contre des sommes modiques allant de 39,90 euros à 99,90 euros selon les cas traités.

Les deux sites d’aide aux particuliers n’ont pas été condamnés et peuvent, sous certaines conditions, aider les particuliers dans les démarches juridiques ne nécessitant pas forcément l’aide d’un avocat.

Une décision qui accroît un peu plus l’indépendance des consommateurs face aux experts de tous bords mais qui risque fortement de nuire aux cabinets d’avocats les plus modestes, qui subsistaient en partie grâce aux petits contentieux.

Le métier se désacralise partiellement. Pour faire face à cette évolution, l’avocat indépendant sera amené à travailler davantage sur son image et sur la relation clients afin de démontrer qu’un vrai conseil juridique nécessite une relation humaine et personnalisée.

Dés lors, Internet pourrait devenir un très bon moyen, pour les professionnels du droit, de se faire connaitre et d’acquérir une nouvelle clientèle.

Considéré comme une menace par la profession, le Web peut aussi devenir une source d’opportunités avec la promulgation de la nouvelle loi sur la publicité.

Avocats, publicité et Internet : une relation qui va être amenée à changer dans les mois à venir.

salon de l'immobilier

Ouverture du Salon de l’Immobilier dans un contexte morose

Entre le 3 et le 6 avril 2014, les professionnels de l’immobilier se réuniront à la Porte de Versailles, à Paris, afin de rencontrer le grand public, d’échanger et de dresser un état des lieux du secteur immobilier en ce début d’année 2014. On attend près de 30 000 visiteurs et 250 exposants dans un salon de l’immobilier sur lequel les professionnels misent de grands espoirs après une période très calme dans le secteur.

Salon de l’immobilier et morosité

Ce salon démarre alors que depuis plus d’un an, le marché connaît un net repli dans les transactions et les prix.

Ainsi, en Ile-de-France, le nombre de ventes a baissé entre 2010 et 2013 passant de 196 500 à 156 000 transactions par an. Cette baisse de volume s’accompagne d’une baisse des prix de vente notamment à Paris où, en un an, elle a été de 1,9% pour la Petite Couronne et de 2,6% pour la Grande Couronne. Notons toutefois que l’ancien est parvenu à stabiliser son volume de transactions sur l’année 2013 et que certaines catégories dans l’ancien voient ces mêmes volumes augmenter.

Cette tendance est également perceptible en Province où le prix des appartements a baissé de 1% et celui des pavillons de 1,4% en moyenne entre 2012 et 2013.

Pourtant, malgré cette tendance baissière visible, les acheteurs restent hésitants. 47% d’entre eux ne trouvent  pas le bien immobilier qui leur convient après la première année de recherche et ce chiffre atteint 53% pour les personnes de plus de 41 ans. Les acheteurs sont encore assez frileux et mettent plus de temps à trouver leur résidence principale. Les recherches durent en moyenne 7 mois, mais cette moyenne passe à plus de 8 mois dans les grandes agglomérations.

Une flambée des prix depuis 30 ans

Toutefois, cette diminution récente des prix ne fait que modérer la flambée de l’immobilier qui a cours depuis 30 ans en France.

En effet, entre 1984 et 2014, le prix du mètre carré est passé de 2180 euros à 8140 euros à Paris, selon une étude de la Chambre des Notaires. La Province n’est pas en reste puisque le prix du mètre carré y a doublé entre 1996 et 2014.

Les utilisateurs sont devenus plus exigeants, plus hésitants et refusent d’acheter n’importe quoi à n’importe quel prix. Nous sommes entrés dans une phase de correction. Les prix vont continuer de baisser en 2014 si on en croit les anticipations faites dernièrement par de nombreux notaires. Il est cependant trop tôt pour tirer des conclusions définitives sur l’activité immobilière pour l’année en cours.

Médecine générale

Surcharge administrative et médecine générale

Alors que le 8ème Congrès  de la Médecine Générale  va bientôt ouvrir ses portes à Paris, les problèmes des plannings surchargés et des trop nombreuses formalités administratives découragent de plus en plus de praticiens.

La durée moyenne de travail d’un médecin généraliste est de 57 heures par semaine. Contrairement à ce qu’on peut penser, la plus grande partie de ce temps n’est pas consacrée aux soins ou à la rencontre des patients mais à des formalités administratives.

Le  8ème Congrès de la Médecine Générale qui aura lieu du 3 au 5 avril 2014 au Palais des Congrès de Paris peut être l’occasion d’évoquer ce problème a priori anodin mais qui peut se révéler gênant. C’est notamment le cas dans les déserts médicaux où les praticiens doivent gérer, parfois seuls, des plannings surchargés et des cas aussi divers que délicats.

Des praticiens seuls dans la médecine générale

Selon une étude de  la DREES (Direction de la Recherche, des Etudes, de l’Evaluation et des Statistiques), 44% des médecins généralistes ne disposent pas de secrétariat pour la prise de rendez-vous, les formalités administratives ou la prise en charge des appels téléphoniques. Une statistique inquiétante surtout quand on sait que dans certains cas, ces appels manqués ou ces rendez-vous mal gérés peuvent avoir des répercussions dramatiques sur la santé des patients.

Ce problème avait notamment été soulevé en 2011 suite à l’arrêt rendu par la Cour de Cassation condamnant  un ophtalmologue à verser un montant de 63 000 euros à l’Office National d’Indemnisation des Accidents Médicaux pour ne pas avoir soigné un patient diabétique en raison d’un planning surchargé. Le motif de la surcharge de travail n’est donc plus, suite à cet arrêt, une excuse valable pour refuser un patient en cas d’urgence.

L’absence d’aide pour la gestion des plannings peut donc conduire à des situations non seulement coûteuses pour les praticiens mais aussi, parfois, dramatiques pour les patients.

La mise en place de solutions permettant aux médecins de réduire le temps qu’ils consacrent aux tâches administratives est donc en passe de devenir un enjeu stratégique pour la profession d’autant que la médecine générale vit, depuis quelques années, une crise de vocation importante.

Immobilier CRM et accueil téléphonique

Un promoteur immobilier externalise son accueil téléphonique… et gagne un CRM

Promoteur immobilier de référence, I.A couvre tous les aspects de la promotion immobilière : investissement, maîtrise d’ouvrage et commercialisation.

Externaliser son accueil téléphonique : trouver le bon partenaire

Lorsque nous les avons rencontrés, ils avaient déjà franchi le cap de l’externalisation d’une partie de leur relation client. Un prestataire réceptionnait les appels des acquéreurs potentiels et des clients, mais les données transmises n’avaient pas la rigueur attendue.

Pour éviter tous ces écueils, nous avons pris le temps en amont du lancement de la mission de diagnostiquer le besoin de I.A en profondeur. Finalement, il s’agissait au-delà de la simple réception des appels, de renforcer la relation client entre I.A et ses interlocuteurs grâce à la personnalisation des échanges et à la mise en place d’un reporting fiable.

Construire ensemble un CRM innovant pour notre client

Afin de répondre à ces besoins avec un haut niveau de qualité, nous avons développé un outil dédié en ligne. Secrétaires, commerciaux terrain, service marketing : chaque acteur susceptible d’interagir avec le client possède un accès différencié. Semblable à un CRM, cet outil permet un suivi personnalisé de chaque prospect. Les téléconseillers de Wecall saisissent les informations échangées par téléphone. Ils gèrent les agendas des commerciaux chargés des visites et de la commercialisation des biens. Ces derniers peuvent accéder à tout l’historique des échanges téléphoniques et compléter le suivi directement dans l’outil. Enfin, les équipes marketing d’I.A ont accès à un reporting leur donnant une vision d’ensemble sur l’avancée de la commercialisation des différents projets immobiliers.  Au final, la création de cet outil de gestion des prospects en ligne a permis à I.A d’améliorer significativement sa relation client et ses performances commerciales.

Un accueil téléphonique professionnel c’est bien, une réponse vraiment personnalisée c’est encore mieux, et c’est notre ambition chez Wecall.